#154 : Les Quatre – Agatha CHRISTIE

2

Les Quatre, par Agatha Christie, traduit de l’anglais par Marie-France Franck

  • Maison d’édition : JC Lattès – Éditions du Masque
  • Collection : Masque Christie
  • Pays : Royaume-Uni – Angleterre
  • 188 pages
  • Quatrième de couverture

« Sur le seuil de la chambre d’Hercule Poirot se tient un visiteur inattendu, couvert de poussière de la tête aux pieds. L’homme le regarde fixement pendant un moment, puis son corps décharné chancelle et s’affale sur le sol.

Qui est-il ? A-t-il subi un traumatisme ou seulement un coup de fatigue ? Et surtout, que signifie ce chiffre quatre, qu’il a griffonné sur toute la surface d’une feuille de papier ? Poirot se retrouve immergé dans une intrigue à dimension internationale, risquant sa vie – et celle de son « frère jumeau » – pour découvrir la vérité sur les Quatre et déjouer leur complot maléfique.« 

avis livre

Les éditions Jean-Claude Lattès en deuil de leur fondateur - Actualité  Societe.comCe cher détective belge m’est apparu d’abord sous les traits de David Suchet, excellent interprète des cellules grises foisonnantes d’Hercule Poirot ! C’est d’ailleurs par la série que j’ai découvert Les Quatre, au passage un de mes épisodes favoris ; enfin voici venu le moment de me plonger dans l’original. Les Quatre, un titre qu’Agatha Christie a publié en 1927, mais saviez-vous que c’étaient à la base des nouvelles qu’elle a fini par regrouper en un roman ?  

Certes, le déroulement de l’épisode traînait dans mon esprit à mesure que je lisais les chapitres avec avidité, mais vous savez quoi ? Je n’en ressors pas déçue, ni la tête pleine de comparaisons. J’ai su apprécier les deux supports sans me laisser aller au comptage des nombreuses différences. Hercule Poirot n’étant jamais tout à fait seul dans ses enquêtes, quel plaisir ce fut de le retrouver en compagnie de son compagnon d’infortune, le pauvre Arthur Hastings ! Un duo comique des plus revigorants, l’un pas assez sûr de lui et simpliste, l’autre vaniteux et singulier. Ces deux-là ont beau ne pas rajeunir, leur dynamique reste un délice à lire.

Agatha Christie est connue pour son style sans fioriture, les fausses pistes qu’elle distille tout au long de ses romans, et le nombre parfois impressionnant de personnages qui font irruption dans ses pages ; avec souvent, une ambiance de huis-clos très apprécié. Cette fois encore, elle ne déroge pas à la règle en nous livrant Les Quatre, roman court et fourmillant de cellules grises en ébullition, de cadavres jonchant le sol, d’incertitudes… Peu de remous et de vagues, c’est certain que l’action pure ne fait pas partie de ces enquêtes, mais en même temps, c’est d’Hercule Poirot dont on parle… le génie se situe dans le caractère machiavélique des intrigues, et des esprits meurtriers qui officient sous les yeux des inspecteurs. Pas de blabla sentimental, juste une menace constante qui prend de l’ampleur à mesure des pages. D’autant plus intéressant lorsqu’on se rappelle que c’est entre les deux guerres mondiales que ce roman a été publié, n’y voyons-nous pas quelques réflexions à ce sujet ?

Ayant vu l’épisode adapté avant de tomber sur ce bijou, il est vrai que je manque certaines surprises, ayant déjà les tenants et les aboutissants en tête ; ce n’est pas tout à fait la vérité pour tout, car comme je l’ai dit, il y a aussi de nombreuses différences, y compris dans les dénouements. Les surprises restent nombreuses, et les inquiétudes pour les personnages sont bien présentes ! Une enquête où ni Poirot ni Hastings ne se met en danger, serait-ce vraiment une enquête digne de ce nom ? C’est aussi là le point fort de celle qu’on appelle la Reine du crime, savoir rendre ses personnages vulnérables, parce qu’ils ont beau être forts et intelligents, ils sont avant tout… humains. Et vulnérables, à tout moment, même avec des cellules grises aussi fonctionnelles.

Les Quatre signe une enquête d’envergure mondiale où les confrontations sont inévitables, mais où la véritable offensive a lieu au creux de l’esprit. Une bataille de l’esprit qui exige des coups d’avance, des sacrifices et des gros risques. Les morts qui s’empilent, d’abord sans lien, finissent par trouver leur dénouement, et celui-ci est plutôt explosif, et bien amené. Une féroce partie d’échecs entre deux adversaires tenaces et égaux. Pas un coup de cœur, il y a forcément quelques longueurs dans certains chapitres, cependant la lecture m’a fait grand bien, et si l’aspect nouvelles reste présent, ce n’est pas un mal, au contraire ! J’avais envie de revenir à l’essentiel, à une enquête sans détour, sans pseudo enjeu émotionnel, une enquête d’antan, et le détective belge et son ami ne m’ont pas déçus, ce fut un plaisir !

La plume

CHRISTIE AgathaProclamée Reine du crime et toujours aussi lue aujourd’hui, comptabilisant 66 romans et 154 nouvelles, plus de nombreux autres textes qui font de sa vie une œuvre à part entière, Agatha Christie fascine par sa plume autant que par sa personnalité.

Les Quatre est la cinquième enquête d’Hercule Poirot, sur quarante romans et nouvelles au total. La dame a également donné vie à Miss Marple, Tommy et Tuppence Beresford, le Superintendant Battle, et tant d’autres personnages récurrents. Ne manquez pas sa fiche Wikipédia, très bien renseignée, et si vous voulez en savoir encore plus, agatha.christie.free est tout aussi complet.

Pour aller plus loin          

3fc529bb8301d63a35ccd71ce0f69ff6485385cdd5579b552bf83cdef484f426.0

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s