#113 : L’enfant étoile – Katrine ENGBERG

1

L’enfant étoile, par Katrine Engberg et traduit du danois par Catherine Renaud

  • Maison d’édition : Éditions Fleuve
  • Collection : Fleuve Noir
  • Pays : Danemark
  • 416 pages
  • Quatrième de couverture :

« En plein centre-ville de Copenhague, une jeune étudiante est retrouvée dans son appartement sauvagement assassinée, le visage marqué par d’étranges entailles. L’inspecteur Jeppe Korner et son équipière Annette Werner, chargés de l’affaire, découvrent rapidement que le passé de la victime contient de lourds secrets. Quant à la propriétaire de l’immeuble et également voisine, Esther, elle est en train d’écrire un roman qui relate dans les moindres détails le déroulement du meurtre.

Simple coïncidence ou plan machiavélique?

Commence alors pour Jeppe et Annette une plongée au cœur d’une ville dans laquelle les apparences sont mortelles. »

avis livre

LOGO éd fleuveJulie Stender, belle et pleine de vie, présente à chaque page. Morte Julie. Fascinante Julie. L’enfant étoile est le premier roman traduit de Katrine Engberg, ainsi que le premier opus de la série Jeppe Kørner & Anette Werner. Grand et chaleureux merci aux éditions Fleuve et à BePolar pour m’avoir permis de goûter ce petit délice danois en avant-première !

Quoi de mieux pour s’immerger dans la culture danoise que ce duo qui promet, dès ses premiers instants, de grands moments ? Jeppe, inspecteur en plein divorce qui se remet péniblement d’une dépression. Anette, inspectrice heureuse dans sa vie personnelle et bouledogue à ses heures perdues. À eux deux, ils forment le duo le plus dynamique et grognon qui soit ; accompagnés du reste de leur équipe, des personnages distincts et prometteurs pour la suite ! C’est donc avec eux qu’on va découvrir, en quelques jours seulement, l’atroce dans le creux de Copenhague, une capitale où la vie ne s’arrête jamais.

Ce qui vous surprendra au départ et qui trouvera son sens au fur et à mesure, c’est le découpage des chapitres ; une partie se concentre sur l’enquête de la mort de Julie Stender, et l’autre, d’abord nébuleuse aux premiers abords, nous donne la clef pour percer le mystère de l’assassin de Julie, celui que l’on surnomme rapidement « Le Monstre au couteau ». Il s’agit d’extraits du livre qu’écrit Esther de Laurenti, la voisine de l’étudiante assassinée. Un livre écrit dans un autre livre ! Un livre qui prédit la mort d’une jeune femme. À moins que le meurtrier s’en soit inspiré ? C’est bien ennuyeux, parce que les extraits en question n’ont pas été partagés au public…

Enquête qui se veut rapide puisqu’elle se situe entre le 08 août et le 14 août, le lecteur a peu de temps pour flâner car tout va vite et s’enchaîne ! De sa plume addictive dès les premières pages, Katrine Engberg ne se contente pas de nous livrer les méthodes pour arrêter un meurtrier qui fait des ravages. Elle va bien plus loin et nous initie au monde de l’Art avec le groupe d’écriture d’Esther, mais aussi avec les travers de l’Art et, quelque part, ses limites. Une manière aussi pour elle de nous glisser quelques clins d’œil sur le métier d’écrivain et le processus d’écriture, après tout, nous voyons le cheminement d’Esther dans sa création ! 

L’enfant étoile s’avère être une lecture prenante et fracassante, et je pèse mes mots. Tant de pistes s’offrent à nous et à notre duo. Les suspects ne manquent pas, crédibles et joueurs, craintifs ou emmurés dans les secrets. Chaque chapitre apporte son lot d’yeux écarquillés ; c’est un scénario machiavélique qui se dessine sous nos yeux. Le tout pour un final en apothéose, qui conclut ce premier opus avec brio ! Katrine Engberg a cette manière de présenter ses personnages, des êtres d’encre et de papier qui prennent vie, si humains et si fragiles, vulnérables et profondément dérangés.

Et c’est justement à travers le soin particulier qu’elle met à dépeindre ses personnages que ce thriller psychologique rudement bien mené nous forcera à reconsidérer notre vision de certaines choses ; oserais-je parler de Julie ? Car c’est bien elle qui reste dans ma tête une fois les dernières pages achevées. Julie, que l’on n’entend jamais, que l’on ne découvre qu’à travers les yeux de ses proches. Attendez-vous à être surpris tout au long de ce roman !

L’enfant étoile, un coup de cœur ? La flèche a manqué de peu sa cible ! s’il n’y avait pas eu ce pénis sur pattes et cette paire de melons qui se rencontrent une première fois et décident d’entamer une relation à leur deuxième rencontre. Seul reproche que je peux faire à ce premier opus, bien qu’en y regardant de plus près, c’est certes inutile à l’histoire, mais… Jeppe est humain, tout simplement, et Katrine Engberg nous le dépeint comme tel, avec ses forces, ses faiblesses et ses doutes. À voir donc ce qui se passe dans le deuxième opus, avec cette histoire ! Ceci dit, nous sommes d’accord : vous devrez patienter jusqu’au 07 janvier avant de faire connaissance avec l’auteure et de ses personnages, et je vous engage à ne pas rater ce rendez-vous !

La plume

ENGBERG KatrineÉtoile montante du Danemark pour ses romans policiers, Katrine Engberg partage en réalité sa vie entre plusieurs passions ; l’écriture, et son métier d’actrice, notamment ! Si vous vous demandiez pourquoi elle fait autant référence à l’Art et à la scène dans L’enfant étoile, vous aurez peut-être une réponse avec ça.

Tout juste traduit en français et dans d’autres langues, L’enfant étoile est le premier opus de sa série se concentrant sur le duo Kørner & Werner. D’autres suites sont déjà sortis au Danemark. C’est sur sa page Facebook que vous trouverez ses actualités !

Pour aller plus loin          

3fc529bb8301d63a35ccd71ce0f69ff6485385cdd5579b552bf83cdef484f426.0

4 commentaires Ajouter un commentaire

  1. Je suis dedans, j’aime bien mais je n’arrive pas à m’immerger totalement ! J’espère que quelques jours de congé m’y aideront !

    Aimé par 1 personne

    1. Aïe oui, espérons ! C’est plutôt le style ou le déroulement de l’intrigue qui t’embête ?
      Bon courage ^^

      J'aime

      1. En fait, rien ne m’embête vraiment, mais je n’ai jamais assez de temps pour me laisser vraiment porter par l’enquête.

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s