#80: Une femme entre nous – Greer HENDRICKS et Sarah PEKKANEN

005325019

Une femme entre nous par Greer Hendricks et Sarah Pekkanen, traduit de l’anglais par Corinne Daniellot et Pierre Szczeciner 

  • Maison d’édition: Sonatine
  • Pays : États-Unis
  • 456 pages
  • Quatrième de couverture:

« Le jour où vous découvrirez leur histoire veillez à n’être dérangé sous aucun prétexte.

En lisant ce livre, vous allez faire beaucoup de suppositions. Vous allez croire que c’est l’histoire d’une femme jalouse, délaissée par son mari. Vous allez penser qu’elle est obsédée par la maîtresse de celui-ci, une femme plus jeune qu’elle. Vous allez vous dire que vous connaissez déjà toutes les facettes d’un tel triangle amoureux. 

Un conseil : laissez tomber toutes vos hypothèses.

Jamais vous ne pourrez imaginer ce qui se cache derrière les apparences, ni anticiper les multiples rebondissements qui émaillent ce livre. »

avis livre

Y a bien un genre de chronique avec laquelle je ne me sens pas à l’aise de faire. Ce sont ces chroniques où je dois dire que j’ai abandonné une lecture, des chroniques où je dois avouer que le roman ne m’a pas plu ou m’a laissé indifférente… Il en faut, pourtant, dans ce monde ! Je tiens aussi à m’excuser, il semble que cette fois, mon avis ne suive pas du tout celui des copains-copines dévoreurs de bouquins. Exceptions, exceptions…

Une femme entre nous avait pourtant l’air d’être une histoire pour moi : la chronique qu’en avait fait BettieRose Books me donnait envie de me lancer. Qu’est-ce qui a bien pu me freiner ? Tout d’abord, la couverture relativement minimaliste et intrigante, puis passé cela, j’ai été happée par un résumé qui me vendait de l’or. M’étant arrêtée à la page 167, cette chronique ne sera pas très longue et tentera d’expliquer les raisons de mon abandon, pas qu’une histoire de style, je vous le dis !

C’est entre Vanessa et Nellie que j’ai passé mes premières pages : divorcée de Richard, Vanessa a un comportement pourtant très obsessionnel lorsqu’il s’agit de son ex-mari. Elle guette sa rivale, Nellie, et la suit, espère lui faire peur. Vous me direz, c’est vraiment une histoire que j’aurais aimé, alors pourquoi diable n’ais-je pas continué ?! Les détails qui ralentissent la lecture, le trop plein de blablas de Vanessa en particulier, et peut-être aussi de Nellie. Le comportement vraiment trop obsessionnel de Vanessa pour le nouveau couple. Et puis Richard, argh, Richard ! Sa manière d’être et d’agir m’a irrité tout du long, comment aurais-je pu m’attacher à ce personnage alors qu’il me crispait à chaque fois qu’on le mentionnait ?

C’est d’ailleurs aussi l’un des éléments qui m’a poussé à l’abandon : je sais que Vanessa et Nellie ont un sacré potentiel, que leur histoire peut se rapprocher et qu’elles peuvent me percer le coeur, mais voilà, pas d’attachement. Je vous avoue qu’arrivée à presque 200 pages, quand il n’y a pas d’attachement pour les personnages, la lectrice que je suis ne se sent pas bien. Elle n’arrive pas à entrer dans cet univers pourtant prometteur, se crispe à chaque nouveau chapitre, et se force à lire. Pourtant, je vous le dis, ce thriller psychologique partait bien ! 

Malgré ces éléments qui m’ont freiné, je vais quand même vous dire ceci, et c’est mon sentiment de lectrice : si l’histoire ne m’a pas captivé, le style est en revanche intéressant. Les moments que j’ai trouvé longs vous paraîtront peut-être un délice, alors ne vous dites pas que, parce que j’ai écrit que j’avais abandonné le roman, vous n’allez pas tenter l’expérience. Les personnages ont un passé complexe, quelque chose qui va vous mener loin. Et puis, je vous le dis aussi, Une femme entre nous a des petits airs de famille avec les thrillers psychologiques de Shari Lapena (Le couple d’à côté et L’étranger dans la maison) ou encore un chouia de Paula Hawkins (avec son délicieux La fille du train pour ne pas le citer). Autrement dit, un roman à vous occuper les méninges et vous faire regretter d’avoir laissé votre fenêtre ouverte, parce qu’il y a un danger qui vient de très près.

En ce qui me concerne, j’ai certes abandonné le roman, mais j’ai quand même tenu à savoir le fin mot de l’histoire et cette fin qu’on m’a présenté me semble un peu grosse, cela dit, je ne jugerai pas tant que je n’aurais pas lu tout ça en entier ! Et en attendant, peut-être que je me réconcilierai avec Vanessa et son affreux Richard avec l’adaptation cinématographique en cours de production.

Comme toujours, lectrices et lecteurs qui passez par ici, ce n’est pas parce que mon avis est négatif que vous devez vous abstenir de lire un roman. Je vous invite sincèrement à voir de vous-même et vous faire votre propre avis, vous pourriez rater une pépite ! 

Pour aller plus loin          

  • Un tour chez l’éditeur 
  • Bavardez un peu sur Babelio
  • Si le roman vous a plu, et même s’il ne vous a pas plu, sachez qu’une adaptation cinématographique est en cours de production, l’histoire sera visible à l’écran bientôt !

Un commentaire Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s