#56: Baby Doll – Hollie OVERTON

dav

Baby Doll par Hollie Overton traduit de l’anglais par Françoise du Sorbier

  • Maison d’édition: Mazarine Editions 
  • 368 pages
  • Quatrième de couverture:

«La nouvelle vie de Lily Riser commence un soir d’hiver glacial. Seulement vêtue d’un pyjama, elle passe la porte. Elle serre sa fille dans ses bras. Et se met à courir. Loin de la cabane dans la forêt, loin du père de Sky, de cet homme qui l’a séquestrée pendant huit ans et qui, pour la première fois, n’a pas fermé la serrure. Lily est libre, mais ce n’est pas pour autant que leur calvaire est fini. L’enlèvement et les sévices qu’elle a subis ne l’ont pas seulement marquée à vie, sa disparition a aussi détruit sa famille – surtout sa soeur jumelle qui ne s’est jamais remise de sa disparition. Tous tentent tant bien que mal de reconstruire un avenir, sans se douter qu’ils vont être à nouveau mis à rude épreuve.
Depuis sa cellule de prison, le ravisseur de Lily compte bien punir sa Baby Doll pour sa désobéissance…
»

avis livre

Quand la plupart des histoires se situe pendant l’enlèvement avec l’enquête et la réaction des familles quand elles apprennent l’affreuse nouvelle, Baby Doll se concentre sur l’après ! Eh oui mes bouilles, aujourd’hui, ce qui nous intéresse, c’est le retour de Lily, une jeune femme enlevée lorsqu’elle avait 16 ans et qui s’échappe miraculeusement de cet enfer vivant. Cette histoire, c’est la sienne, celle de sa famille, celle de plusieurs reconstructions. On vous vend un thriller. Ne vous attendez pas à des rebondissements de malade ou des scènes d’action. Attendez-vous à croiser l’humain dans ses délires les plus sordides, regardez les ravages que l’on peut créer sur un ensemble de personnes. Baby Doll, c’est la renaissance de Lily et de sa famille, c’est ce monstre qui refuse de les laisser en paix.

Voici pour l’introduction, j’espère que vous avez l’eau à la bouche ! Alors, déjà, je ne peux pas ne pas vous déclarer mon amour pour la couverture simple mais efficace de ce roman. Sobre, mais flippant à souhait, on est d’accord ? Cette seule main qui dépasse d’un mur, la phrase d’accroche…tout était fait pour que j’achète ce livre. Avec de bons avis sur la toile, comment pouvais-je me refuser un tel plaisir ? 

L’écriture toute agréable et vraie facilite l’entrée dans l’histoire, on se retrouve immédiatement happés par les personnages et ce, dès le premier chapitre. Vous découvrirez que le style prend vite aux tripes, pas de fausses notes à ce niveau je dirais. Et puis, les personnages ont une telle complexité, le roman ne peut qu’être prenant. Comment ne pas craindre pour Lily et sa famille une fois son retour et la capture du monstre qui l’a déshumanisé ? 

A ce sujet, quelques mots ! Ce n’est pas tant l’identité du monstre en question qui fait l’objet du suspense, mais comment il fait pour hanter Lily tout en étant derrière les barreaux. Je vous ai dit de ne pas attendre de scène d’action, pas de grosse bagarre, la bagarre se situe à l’intérieur des esprits. La confrontation est ailleurs. Tout se joue sur l’aspect psychologique et c’est, pour ma part, très bien réussi. On m’avait promis une histoire addictive, bah mes braves, c’est bien vrai !

Les chapitres sont découpés selon le point de vue de plusieurs personnages : Lily elle-même, mais aussi sa soeur jumelle, leur mère, le responsable des malheurs de la famille…ça rend le tout encore plus intéressant à lire, ça instaure un rythme qui ne ralentit pas. Ces changements de point de vue font qu’on ne trouve pas comment la fin va se passer. Comment prédire ? Eheh, mystère !

Si vous m’objectez que la fin n’est pas très rythmée, que la tension principale est redescendue, je vous dirais que oui, c’est vrai, une fois un certain événement arrivé (que je garderai secret pour que vous lisiez de vous-même, bien entendu !), la tension disparaît un peu, mais vous avez quand même envie de poursuivre, pour savoir ce qui va se passer ! Parce que les ennuis ne sont jamais finis dans ce genre d’histoire sordide.

Autre objection : manque de réalisme. Je l’avoue, c’est peut-être finalement le bémol du roman, son manque de réalisme dans certaines situations, notamment le shopping alors que Lily n’est pas encore remise. Mais j’ai préféré ne pas m’attarder sur ces détails pour me concentrer sur l’aspect psychologique. De plus, après avoir été enfermée depuis si longtemps, comment aurais-je réagi moi ? Lily a le désir de liberté, une bonne occasion de le voir dans cette scène de shopping.

Et pour finir de vous donner envie de lire Baby Doll (ou pas, nous sommes d’accord, c’est à vous chères bouilles que revient la décision !), j’ai tellement aimé l’aspect psychologique et le fait d’avoir tous les points de vue que s’il fallait donner un autre bémol, ça serait la longueur. Ayant apprécié, j’aurai voulu qu’on s’attarde davantage sur la psychologie des personnages, mais bien sûr le roman n’aurait pas pu tenir en un seul tome. Il y a tant à dire !

On a frôlé le coup de cœur, il s’en est fallu de peu ! Un peu plus de réalisme et j’aurai pô hésité. Malgré tout, c’est une excellente lecture et j’en suis ressortie pleine de réflexions. Je ne peux que vous recommander de vous lancer dans Baby Doll et ses tourments ! 

Si vous souhaitez lire les premières lignes, sachez qu’un article est disponible ici même ! Régalez-vous !

Pour aller plus loin          

  • Un tour chez l’éditeur ?
  • Bavardez un peu sur Babelio
  • Baby Doll est le premier roman de Hollie Overton, et vu comme elle assure pour ce premier bébé, je ne doute pas que ses autres romans gagneront mon intérêt ! Notez bien que cette dame est scénariste !
  • Hollie Overton a elle-même une jumelle, pour l’anecdote.

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s